« En politique, le féminin de candidat, c’est trop souvent suppléante » …

9 Mar

 

© MHB - ED

En cette journée de le femme, les candidatEs se révèlent … disent-elles. Il pourrait sembler néanmoins que les femmes en politique se révèlent toute l’année …

Elles sont militantes, élues, candidates, suppléantes, mais aussi épouses, célibataires, mamans … femmes. À l’occasion de la Journée (symbolique, n’est-ce pas …!?) de la Femme, elles révèlent leur féminité à un monde politique resté si masculin. Car la politique aussi peut révéler des femmes. Toutes ces candidates nous disent combien il est épanouissant de s’investir pour l’intérêt collectif, d’avoir des responsabilités. Toutes nous disent également qu’elles ne se sentent pas moins légitimes qu’un homme aux mêmes fonctions et que leurs idées et leurs façons différentes de faire apportent un souffle nouveau aux politiques publiques.

Elles prennent souvent en exemple la Suède, qui – avec la « pédagogie de l’égalité » dès l’école maternelle – ne fait pas de distinction entre le rose et le bleu, la poupée et le ballon de foot. Dès les prémices de leur éducation, les enfants sont incités à pratiquer des activités sans clivage des genres. Alors qu’en France, les femmes sont minoritaires dans les conseils d’administrations ou parmi les responsables politiques, qu’elles continuent de percevoir environ 20 % de salaire en moins que les hommes, et qu’elles subissent un plus fort taux de chômage, la comparaison avec la Suède montre un écart de mentalités flagrant. Les Suédoises travaillent autant que les hommes, 16 mois de congés parentaux peuvent être partagés entre les deux membres du couple et 43 % des parlementaires suédois sont des parlementaires … suédoises !

Les Françaises et les Français peuvent accéder à la même qualité de relations entre hommes et femmes. L’action politique, encore très majoritairement masculine, peut beaucoup. L’éducation aussi. Les Françaises n’ont pas moins de potentiel que les Suédoises, elles sont plus nombreuses que les hommes, il y a logiquement plus d’électrices que d’électeurs et les femmes ont rejoint puis dépassé le niveau d’éducation des hommes.

Actuellement, seules 16 femmes sont Conseillères générales en Seine-Maritime, contre/pour/aux côtés de/face à (selon votre préférence …) 53 hommes. Les politiques départementales touchent et concernent une population majoritairement constituée de femmes mais majoritairement décidées par des hommes.

Les candidates Europe Écologie Les Verts, qui organisaient un déjeuner de presse mardi dernier (8 mars, Journée de la Femme), à une excellente adresse (je vous recommande personnellement leur panna cotta au sirop d’érable et leur choix de thés que les amateurs sauront apprécier …) appellent à ce que l’assemblée départementale soit plus représentative de la diversité. Elles proposent, notamment, durant leur campagne :

  • d’éduquer les collégiens à l’égalité garçons/filles, au respect des différences et à la non-violence
  • de développer des lieux d’accueil et des modes de garde des enfants, afin de permettre à chaque parent de poursuivre ses activités, invoquant une condition fondamentale de l’accès des femmes à la vie professionnelle
  • de lutter contre les violences familiales en travaillant le plus possible sur les relations parents/enfants, en dégageant des moyens pour recruter davantage de travailleurs sociaux, en réduisant efficacement le manque de soins aux enfants et les violences
  • de rompre l’isolement des personnes âgées, majoritairement des femmes et beaucoup de veuves, en leur proposant des hébergements qui offrent une mixité sociale et intergénérationnelle
  • d’agir contre la précarité du travail des femmes, en particulier dans le secteur de l’aide à domicile. Les structures apportant ces services doivent être financés de façon à garantir les meilleures conditions de travail possible, des formations doivent être développées, la création d’un label-qualité peut impulser une revalorisation de ce secteur et une meilleure considération pour les nombreuses femmes qui y travaillent.

Annette ROUSSEL, Myriam TOULOUSE, Catherine MICHAUX, Laurence GIRARD, Marie SAVOYE, Marie-Pierre DESSERVETTAZ, Jocelyne PESQUÉ, Stéphanie TALEB-TRANCHARD, Laure LEFORESTIER, Véronique MOINET, Marie CHALIN, Michèle NEVEU, Patricia LEROUGE, Catherine MOCQUARD, Claire LUTZ, Marie-Hélène BOILEAU, Annie DROGOU, Véronique BÉRÉGOVOY, Flore MONTAGNON, Françoise LESCONNEC, Catherine GOODE, Régine DEBRIS, Jolanta AVRIL, Chantal HAUGUEL, Martine FAUCHARD, Fabienne BROSSAULT, Nathalie MAINE sont, pour Europe Écologie Les Verts en Seine-Maritime, ces candidates engagées pour l’intérêt de la diversité.

Elles nous proposent de répondre à un petit quizz (8 mars_quizz) qui nous fera sourire … (pour ma part, je peux mieux faire, je n’ai que 5 bonnes réponses sur 10 …). Outre la petite phrase de Jacques CHIRAC dont on se souviendra (« Ma femme est un homme politique » …), ce bref questionnaire nous livre quelques autres belles perles de propos machistes.

Françoise LESCONNEC, Marie SAVOYE, Claire LUTZ, Laure LEFORESTIER, Stéphanie TALEB-TRANCHARD, Martine FAUCHARD et Véronique BÉRÉGOVOY © STRADEFIBIS™

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :