Tag Archives: cahiers participatifs

Faut-il faire un référendum pour un oui, pour un non !?

13 Avr

A la lecture des newsfeeds que je reçois d’ici et là, et de ce très bon article de la Rédaction du Post (que j’essaie de retrouver pour vous dans l’abondante actualité des publications …) il semble que la question qui préoccupe le plus le Gouvernement est de savoir qui fait de la récupération politique d’un drame humain qui a causé des milliers de morts et d’inestimables et irrémédiables dégâts, tant matériels et écologiques que psychologiques, plutôt que de poser les vrais termes d’un débat public qui inquiète l’opinion. Certes, il faut savoir raison garder. En particulier, dans ce genre de contexte, et ne pas céder à l’affolement d’une biche effarouchée par le moindre croassement dans le lointain …

Lire la suite

Publicités

La fusion en questions … et en réponses | #1

15 Fév

 

Merci à Tom & Anthéna pour la pose et leur aimable autorisation ;o) ©STRADEFIBIS™

Comme je l’indiquais dans mon précédent post, j’ai contacté hier KPMG suite à une recherche infructueuse sur leur site web de l’étude réalisée sur ce dossier. La réponse qui m’a été donnée ce matin confirme qu’aucune information ne figure sur leur site, invoquant le secret professionnel, ce qui se conçoit aisément.mon interlocutrice m’invitait à adresser ma demande à ses clients, à savoir les communes concernées. Point n’en fut besoin, puisque l’agence État d’Esprit a publié, sur proposition de l’une des dites communes, l’étude en question.

Le consultant indépendant Jean-Pierre TIFFON, agissant en qualité de garant de concertation publique, a ainsi veillé à ce que la réponse à la question d’une habitante lors de la réunion publique de jeudi dernier (cf. in le même dernier post : « Peut-on consulter les études réalisées pour servir de base à la réflexion ?« ), trouve sa réponse, le soir même, qui se trouve enrichie par la publication de cette étude.

D’une façon plus générale, vous retrouverez sur le site consacré à ce débat public les questions posées à ce stade des rencontres, et les réponses qui leur sont apportées (l’affichage des réponses se faisant en cliquant sur les questions).

Je vous invite à retenir, en particulier :

  • l’approche des Maires des deux communes à insister avec force auprès de la CRÉA en ce qui concerne le cadencement des transports en commun, dont l’agglomération a la compétence exclusive.
  • la réponse à la question portant sur l’impact sur les services de police municipale annonce une meilleure efficacité des dits services, sans apporter toutefois de précision, du moins sur la page web.
  • le PLU (Plan Local d’Urbanisme) est une question délicate du débat, qui suscite de vives préoccupations, en particulier de la part de certains élus. Pour l’heure, le statu quo sera de mise quant à l’organisation de ces plans, jusqu’à ce qu’ils puissent être révisés pour assurer une cohérence entre eux.
  • la question des avantages de la fusion pour les associations voit une réponse qui peut surprendre : aider les bénévoles dans les démarches administratives … serait inenvisageable sans le projet de fusion des deux communes !? La même analyse peut être faite sur la question suivante, concernant la jeunesse.
  • enfin, je retiens encore la question cruciale de la fiscalité, pour laquelle peu ou prou de changement est annoncé.

Le compte-rendu indique que la concertation prendra en compte l’opinion publique, ce qui n’a rien de surprenant, sans quoi il n’y aurait pas de concertation …

Chaque citoyen concerné peut contribuer au débat, en participant aux réunions publiques ou en proposant un Cahier participatif.

Un débat public pour une fusion | 1ère réunion

14 Fév

 

© STRADEFIBIS™

Mardi 8 février, 14:37. Fin d’un entretien téléphonique avec Jean-Pierre TIFFON, consultant indépendant et garant de concertation, qui intervient dans le débat public concernant le projet de création d’une commune nouvelle par la fusion de Bihorel et de Bois-Guillaume.

Il est utile de préciser le rôle du garant de concertation. Indépendant, travaillant en collaboration avec l’agence État d’Esprit qui assure l’organisation et la communication publique du débat, Monsieur TIFFON agit quant à lui pour animer les réunions et veiller :

  • à ce que l’information donnée à la population soit complète, sur la base des sources institutionnelles ;
  • à ce que les réponses soient effectivement apportées aux interrogations des habitants ;
  • à l’expression de l’ensemble de la population (habitants, associations, élus, acteurs économiques …)

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :